“Bientôt des tracts pour les professionnels de santé ? “Le Conseil d’État propose de supprimer l’interdiction générale de la publicité directe ou indirecte et de poser un principe de libre communication des informations par les praticiens au public”. Voici ce qu’écrit l’instance dans une étude publiée ce jeudi et commandée par le Premier ministre. Jusqu’ici l’article 19 du code de la santé publique interdisait tous procédés de publicité et notamment les aménagements donnant aux locaux une apparence commerciale. Qu’est-ce qui pourrait bien changer ?

“Les praticiens pourront communiquer des informations sur leurs compétences, leur matériel, leur parcours personnel, leur accessibilité, leur capacités linguistiques”, déclare Bruno Bachini, rapporteur général de l’étude de travail du Conseil d’Etat. “Attention, nous voulons instaurer un principe de libre communication, pas d’autorisation de publicité commerciale” alerte-t-il. Pas question de couper le film du soir par des spots tv ou de border la route avec des grandes affiches. Idem pour le démarchage, le référencement payant sur Google ou encore la publication d’avis de patients. À la place, attendez-vous plutôt à des promotions de professionnels via leur site internet, leur répondeur téléphonique ou leur secrétariat électronique. Ils pourront y publier des documents, photos ou vidéos présentants leurs activités.

“La libre communication restera autorisée sous l’obligation de respecter le principe de déontologie”, prévient Bruno Bachini. “Les professionnels de santé ne devront pas exercer leur métier comme un commerce”, ajoute-t-il. Sont concernés tous ceux dotés d’un ordre, et par conséquent, d’une autorité disciplinaire comme les médecins, les chirurgiens-dentistes, les kinésithérapeutes, les infirmiers… ( Cf: article Capital – cliquer pour lire la suite de cet article)”